Réussir son projet photo en 5 étapes

Photo-interieur-credence-surmesure.jpg

Les enjeux de la communication changent constamment et rapidement. Ce qui évolue tout aussi vite, c'est la nécessité de visuels beaux et personnalisés qui racontent votre histoire et qui sont inspirants.

Avec la démocratisation de la photographie numérique, l'arrivée des banques d'images en ligne, et dans un environnement saturé d'images dont la qualité et le storytelling sont forts, le challenge premier est de sortir du lot et de faire passer votre message.

Voici en quelques points ce que je peux vous transmettre, en tant que photographe qui a souvent été impliquée dans des projets de photothèque, comment gérer un tel projet de la préparation au shooting de manière pratique.





1- Définir vos attentes

Votre cible voit chaque jour des milliers d'images, des minutes voire heures de vidéos. La nécessité commerciale d'avoir vos visuels pour mettre en valeurs vos produits et vos services est une évidence. Seulement un visuel, c'est comme un site internet, s'il est de mauvaise qualité, il peut desservir votre marque !

Dynamiclifestyleshoot.JPG

Pour l'éviter, il faut commencer réfléchir à vos attentes, au positionnement de cette photothèque par rapport à votre ligne éditoriale : quelle(s) valeur(s) de votre marque ces photos vont porter ? Quel style irait bien avec votre ligne éditoriale ? Avec votre stratégie commerciale ? Comment répondre aux attentes de vos clients ? Que pourrait marquer les esprits sans détonner de votre ton habituel ?

seminaire-evenementiel.JPG

Et puis plus concrètement pourquoi avez vous besoin de ces photos ? Dans quel contexte seront elles utilisées ? Pour quel public ? N'hésitez pas à hiérarchiser les usages des photos, cela vous aidera à prendre des décisions lors du shooting car vos besoins peuvent être nombreux : communication interne, institutionnelle, réseaux sociaux tout public... des styles potentiellement différents.

Si l'occasion de votre shooting est d'ordre événementiel – un lancement de produit dans une boutique par exemple – le type de shooting peut varier beaucoup en fonction du but visé même si le type d'événement est le même. Un photographe ne choisira pas la même stratégie, le même matériel, la même lumière etc... en fonction du brief que vous lui donnez.




Pendant combien de temps pensez vous que vous allez exploiter cette photothèque avant la prochaine mettre à jour / une nouvelle photothèque ? Le produit ou le personnel est il mené à changer souvent et vous n'avez pas le budget pour commissionner des photos aussi fréquemment ? Soit vous faites des petites séances régulières, soit vous travaillez avec le photographe pour trouver une solution pour réduire l'obsolescence des photos (choix des angles, possibilité de retouches et de rajout d'éléments etc …)



2 - définir un brief ou un cahier des charges

Pour que vous soyez sur la même longueur d’onde avec le photographe, il est nécessaire de constituer un cahier des charges du format des livrables (horizontal, vertical, avec des ratios spécifiques ou non) des aspects techniques et esthétiques/artistiques que vous avez en tête (grande profondeur de champ, flou de mouvement, lumière contrastée par exemple) ainsi que des exemples de photos qui correspondent au rendu que vous souhaitez.

Le jargon d’un photographe pouvant être different du vôtre, plus vous étayez vos propos avec du visuel, plus vous resterez sur la même longueur d’onde. Rien de tel que de partager un tableau Pinterest pour cela. Si votre cible est très spécifique, présentez des visuels qui s’adressent à elles à répliquer. Cela peut également vous amener à réfléchir à différents scénarios de styles de vie / usages.

S’il y a des contraintes par rapport au lieu, au produit etc, ce sont des informations intéressantes à communiquer pour que le photographe puisse réfléchir à des solutions auxquelles vous n’avez peut être pas pensé, ou prévoir un matériel spécifique.


Dans une photothèque, vous devez avoir un mix de photos purement commerciales, descriptives, de catalogue et/ou d’ambiance / artistiques, mais aussi des photos suggestives, inspirantes voire abstraites qui vous servent pour parler globalement de la marque, de l’univers de la marque et pour appuyer tous vos supports de com’.








3- La recherche du prestataire photo

En matière de photographes, il y a des spécialistes (culinaires, drône, architecture etc…) et il y a des généralistes dont je fais partie. Dans les généralistes, il y a ceux qui ne travaillent qu’avec la lumière naturelle, et ceux qui peuvent tout autant travailler avec la lumière naturelle qu’utiliser un flash cobra pour les conditions lumineuses sombres lorsque la prise de vue est extérieure, ou des flashs de studio puissants pour un fond blanc ou une ambiance créée de toute pièce (vous le devinez, j’adore ça)

Il est préférable de ne faire appel qu’à une seule personne pour conserver une cohérence et continuité esthétiques et techniques (la taille des photos; comment elles vous sont livrées etc…) aussi à vous de voir qui peut faire très bien l’ensemble du brief;

N’hésitez pas à faire un point technico-artistique avec ceux à qui vous demandez un devis, voir comment ces personnes voient la prise de vue, s’ils sont forts de propositions, s’ils ont l’expérience et peuvent anticiper des difficultés ou des opportunités à prendre, en mode “oui ET”.

Une note sur les prises de vue lors d’événementiel, un bon photographe ne s’improvise pour autant pas forcément bon reporteur événementiel. Il faut être réactif, proactif même, c’est une tâche assez technique que de devoir adapter rapidement son matériel de manière précise (réglages, flash, choix d’objectifs et de boitiers) en fonction des contraintes qui varient régulièrement pendant la prestation. Méfiez vous donc d’un coup de coeur par rapport à un shooting d’un autre type que la prestation pour laquelle vous faites appel à lui.

Une contrainte de timing ? Pensez bien à demander les délais habituels de livraison des photos et par quel type d’envoi pour ne pas être surpris.

Autre source de surprise potentielle : la cession de droit d’exploitation des photos (qui sont propriété intellectuelle du photographe) est elle inclue dans le devis ? Quelle en est la durée, les médias et le territoire inclus ?


4- Organiser la journée shooting

Sur la base de votre brief, une feuille de route pour la séance de prise de vue est un document qui est efficace et évite des oublis. Voici les éléments qui sont pratiques à avoir :

  • l’objet du shooting, la cible, la shooting list : les formats / scénarios nécessaires

  • les noms et contacts de l’équipe (y compris le traiteur si besoin, le gérant des lieux etc…)

  • le planning de la journée (temps de préparation des lieux, temps de mise en place, pauses, arrivée de mannequins et / ou produits).

    Cela va s’en dire qu’il faut se laisser une bonne marge d’erreur / de flottement tout le long de la journée, surtout si cela se passe en extérieur !

  • Rien de plus sain que de donner la majorité des infos a toutes les personnes impliquées : plus la communication et complète et fluide, plus tout le monde est dans les meilleures conditions pour travailler avec l’esprit d’équipe et avec toutes clés pour prendre les meilleures décisions.


    5- Après le shooting

Vous avez convenu d’un forfait photo ou d’un achat unitaire des photos (avec un prix dégressif ) ? Convenez dans tous les cas d’un “look”, d’une atmosphère, de l’étalonnage que le photographe va apporter aux photos, ainsi que du format de livraison (tiff, jpeg, png etc…)

Si vous achetez les photos à l’unité, le mieux est de choisir à partir d’un album en ligne ou mieux, de vignettes pour pouvoir les comparer. 2 stratégies : aller à l’essentiel en choisissant uniquement celles qui sont indispensables, et en revisitant celles qui restent; ou procéder par entonnoir : éliminez celles qui marchent pas ou moins bien en plusieurs étapes, puis comparez l’efficacité et la versatilité de celles qui sont similaires pour arriver à une sélection plus petite.

Assurez vous de la durée pendant laquelle la totalité des photos est conservée si vous êtes amené à prendre du temps pour faire un choix complet.


Voilà de quoi vous donner des pistes de préparation  ! 

Cela vous inspire pour votre entreprise ? Parlons en !

Qui est Couteau Suisse Production : 

Photographe et réalisatrice professionnelle basée sur l'Ile de Nantes et Saint Sébastien, opérant à plein temps en Loire Atlantique et le Grand Ouest, pour des professionnels (porteurs de projet, TPE, PME, grands comptes) avec une équipe de créatifs indépendants pour la création de contenu qui a pour but de vous aider à valoriser votre marque, vos biens et services, mieux vendre. Du portrait professionnel à la restitution d'événement en photo et / ou vidéo, en passant par le packshot grâce à notre studio fixe ou portatif, et les réalisations de vidéos corporates et institutionnelles. Le storytelling, la recherche de la façon d'articuler l'histoire d'une entreprise par les émotions et l'humain, est notre spécialité. Le travail collaboratif avec le client et d'autres professionnels est notre mode opératoire préféré. La réponse précise, créative voire surprenante, pertinente et à haute valeur ajoutée d'une demande de nos clients est notre raison de vivre.